Epipactis helleborine (L'Épipactis à larges feuilles)

 

Description

Auteur(s) (Linné) Crantz 1769 F0350Helleborine Château Bernard 38 JBY 060805 04 Château-Bernard (Isère)
6 août 2005
Étymologie helleborine, allusion aux feuilles rappelant celles de l'ellébore blanc.
Description - Grande plante (jusqu'à plus de 1 m de haut), habituellement robuste, à tige violette à la base, pubescente au sommet, et poussant isolément ou par petits groupes, quelquefois sur le même rhizome.
- Feuilles de couleur vert soutenu, larges de 5 à 10 cm, au moins aussi longues, disposées en spirale.
- Épi dense de 30 à 100 grandes fleurs (jusqu'à 25 mm) de couleur verte et rose ou pourpre, parfois très foncées.
Présence en Rhône-Alpes Bien présente dans tous les départements, sauf dans la Loire où elle est rare.
Écologie Forêts sombres à lisières ensoleillées, sur substrats calcaires à peu acides, jusqu'à environ 2000 m. Optimum entre 250 et 1250 m. Peut apparaître sporadiquement dans les parcs et les jardins des villes.
Floraison De fin juin en plaine, à début septembre en altitude. Hybrides observés en Rhône-Alpes avec :
Observations Figure centrale du genre Epipactis, et de loin l'espèce la plus répandue. - E. atrorubens (Ain, Drôme, Isère, Savoie et Haute-Savoie)
- E. distans (Drôme)
- E. fageticola (Ardèche)
- E. fibri (Ardèche, Drôme et Rhône)
- E. leptochila (Ain, Isère et Haute-Savoie)
- E. muelleri (Ain et Isère)
- E. purpurata (Ain)
- E. rhodanensis (Ardèche, Drôme, Isère, Loire et Rhône)
Protection - Aucune.
- Cotation UICN : Préoccupation mineure (LC).
Taxon(s) proche(s) - E. helleborine var. castanearum, qui est différent d'E. helleborine par un port plus grêle, une tige plus fine, des feuilles plus petites, subdistiques, une inflorescence plus laxiflore et pauciflore, et une floraison plus précoce. Présent en Ardèche, dans des châtaigneraies et yeuseraies supraméditerranéennes, sur substrat acide, jusqu’à 700 m, à confirmer en Drôme. Floraison plus précoce qu’E. helleborine, fin mai à juin.
- E. helleborine var. minor est semblable à E. helleborine, mais la plante est plus petite dans toutes ses parties, feuilles moins nombreuses ; fleurs moins nombreuses et moins ouvertes, de teintes plus ternes. À mi-ombre, sur sols neutres, autour de 1000 m. Floraison plus tardive que le type, août-septembre. Quelques très rares données, qui restent à confirmer, en Ardèche, Isère et Savoie. Epipactis helleborine var. orbicularis est une variante du type, à feuilles plus courtes et généralement plus arrondies, de milieux plus héliophiles. 
- E. distans
- E. rhodanensis
- E. tremolsii

Photos


Cartes régionales

Carte avec distinction des nouvelles mailles découvertes en 2015

Cartes avec représentation du nombre de stations par maille