Les activités de cartographie en Rhône-Alpes

 

Un peu d'histoire

        La cartographie des orchidées françaises a débuté suite à la création, en 1972, d'une section "Orchidées de France" au sein de la Société Française d'Orchidophilie, fondée quelques années plus tôt en 1969. Les activités de la SFO étaient jusqu'alors tournées essentiellement sur la culture et la connaissance des orchidées exotiques.


        Un premier constat a rapidement permis de mettre en évidence le manque de connaissances sur les orchidées de notre territoire et c'est sous l'impulsion de Pierre JACQUET que fut lancé un appel à contribution auprès des membres. S 'en suivront des prospections par les adhérents et un recensement, par départements, des orchidées sauvages de France.

        Les premiers résultats seront publiés dans l'Orchidophile dès 1974 et seront régulièrement mis à jour, bien que certaines zones géographiques soient restées sans données.

       La première parution à l'échelle nationale voit le jour en 1983, lors de la publication d'un numéro spécial, avec 97 taxons recensés. Ce fascicule, intitulé Répartition des Orchidées indigènes de France, rédigé par Pierre JACQUET, aidé par plus de 250 informateurs, mentionne la présence par départements, de l'ensemble des orchidées connues à cette date en France métropolitaine et en Corse. Des fascicules de cartographies départementales, initiés par Janine BOURNÉRIAS, suivront dès 1985.

        Enfin, en 2010, la SFO publie un Atlas des Orchidées de France, établi sur la base d’environ 420 000 données dont 110 000 en Rhône-Alpes, avec un maillage de 10 x 10 km, coordonné par François DUSAK et Daniel PRAT.

        De son côté, la SFO Rhône-Alpes a relancé activement début 2010, sous la coordination de Jacques BRY et l'action des huit autres cartographes, ses activités de prospection et de collecte de données en vue de l’édition de son ouvrage l’OSRA en 2012 avec des cartes au maillage de 5 x 5 km établies sur la base de 133 289 données d’observation depuis 1980. Quatre ans plus tard, les cartes de répartition au maillage de 5 x 5 km pour la région, et 2,5 x 2,5 km pour chaque département et les graphes de distribution en altitude de ce site ont été mises à jour à partir de plus de 185 000 données maintenant collectées en Rhône-Alpes à la fin 2015, sur 118 espèces, sous-espèces et variétés, fournies par 1114 contributeurs.

La cartographie

        L'objectif de la cartographie est d’enrichir nos connaissances sur les orchidées, pour mieux en assurer la conservation et laprotection. Les activités des cartographes comportent deux volets principaux : le volet collecte de données de terrain et le volet exploitation des données. 

 

LA COLLECTE D'OBSERVATIONS :

 

         Recueillir des données sur le terrain c'est l’affaire de tous, adhérents SFO ou pas ; toute observation, même d’une espèce commune et/ou déjà observée sur une station, est utile à la cartographie, ne serait-ce que pour confirmer sa présence, ou pour qualifier l’évolution de cette station. Nous invitons tous les visiteurs à participer à cet enrichissement collectif de nos connaissances, que nous partageons largement sur ce site, et mettons à leur disposition différents outils de collecte de données permettant de les transmettre aux cartographes départementaux  =► Collecte d'observations

 

L'EXPLOITATION DES DONNÉES :

 

         L’analyse et l’exploitation des données est effectuée en permanence par les différents acteurs de la SFO RA (ex. Cartes de répartition de l’ouvrage « OSRA » - À la rencontre des « Orchidées Sauvages de Rhône-Alpes » - , bulletins, articles et publications et bien entendu le site WEB sur lequel vous êtes en train de naviguer !)
 

Les cartes de répartition

LES CARTES DE RÉPARTITION ET LES HISTOGRAMMES EN ALTITUDE :

 

        Les résultats d'exploitation des bases de données sont accessibles sur ce site, pour chaque espèce, dans les onglets  Cartes régionales  et  Cartes départementales  du menu  Les espèces

 

    =► Les cartes régionales sont au maillage (distance entre deux points contigus) de 5km x 5km et deux types de représentations sont disponibles : l'un distinguant les nouvelles mailles enregistrées au cours de l'année dernière (points bleu ciel clignotants) des anciennes mailles (points bleus), l'autre représentant la densité de stations par maille (points bleus de trois tailles différentes). Les cartes de densité de stations sont disponibles sur 3 fonds de cartes différents (fond "Géographique", fond "Géologique" et fond "Climatique"), ce qui permet de mettre en évidence les effets de la nature du sol et du type de climat sur la répartition des différentes espèces et leur abondance.

 

    =► Les cartes départementales, sur fond de carte géographique, sont au maillage de 2,5 km x 2,5 km et du type densité de stations, elles sont réservées aux adhérents.

 

    =► Les histogrammes en altitude, établis sur les stations par tranches de 250 m d'altitude, contiennent la représentation graphique en pourcentages et le tableau du nombre de stations par tranche d'altitude.

    Nota : Une station est constituée par le regroupement des observations situées dans un même carré de 250 m x 250 m.

 

La répartition par communes

LA RÉPARTITION PAR COMMUNES :

       Le site s'est enrichi en 2015 de deux nouvelles fonctionnalités interactives :

      La première permet d'obtenir la liste des espèces et des hybrides (par noms latins ou noms communs) observés sur un commune (après avoir choisi le département sur une carte cliquable)


      =► Liste des espèces et des hybrides observés sur une commune

      La seconde permet l'inverse, c'est à dire d'obtenir pour une espèce, la liste des communes ou cette espèces a été observée (applicable pour les espèces uniquement, pas pour les hybrides)


      =► Lise des communes (par département) ou un espèce a été observée